« Ottignies a tout en main pour avoir  la même réussite que Louvain-la-Neuve »

L’ancien bourgmestre d’Ottignies-Louvain-la-Neuve se replonge une dernière fois dans le développement urbanistique, culturel et politique de la commune qu’il a dirigée pendant 18 ans. Un regard critique et éclairant sur les grands enjeux à venir.

Texte : Xavier Attout - Photo : Xavier Attout

Partage

Share on facebook
Share on linkedin

Avec son nouvel ouvrage sorti mi-septembre, Jean-Luc Roland se replonge dans l’histoire d’Ottignies- Louvain-la-Neuve. Une version « améliorée et actualisée » du premier opus sorti en 2010, où le bourgmestre local (2000 – 2018) n’avait, de son propre aveux, « pas la distance nécessaire par rapport à certains faits ou certains évènements. J’ai aujourd’hui le recul nécessaire pour analyser plus clairement les développements passés et futurs de cette commune. » De multiples ouvrages ont déjà été écrits sur Louvain-la-Neuve, en faisant l’un des sites urbains les plus commentés du pays. Celui-ci a la particularité de s’intéresser à l’ensemble de la commune et donc également à Ottignies. Il dresse un parallélisme entre ces deux cités, à la fois si proches et si différentes. « J’ai réécrit une grande partie de l’ouvrage. La structure reste similaire. J’ai intégré l’approche de Yves du Monceau, à qui deux ouvrages ont été consacrés ces dernières années. Les conclusions ont été renouvelées sous un oeil critique. En me relisant, je n’étais que moyennement satisfait de la manière dont j’avais abordé les défis futurs. Il s’agit ici d’un texte plus sociologique et plus journalistique que le précédent. Un plaidoyer aussi en faveur de la ville compacte et multifonctionnelle. » Jean-Luc Roland y retrace la rencontre entre Ottignies et Louvain-la-Neuve, les appréhensions de départ, les forces et faiblesses de chaque entité, les différences de développement. Le tout à la fois sous un regard urbanistique, culturel et politique. Trois volets qui sont désormais mieux interdépendants l’un de l’autre.

La dualisation de la population

Un ouvrage intéressant, autant pour celui qui ne connait pas l’histoire de l’entité que pour celui qui suit son actualité de près. Les dernières décisions stratégiques de la ville étant même intégrées au livre. « De nombreuses études ou plans ont été réalisés ces dernières années. La Ville et l’UCLouvain possèdent tous les éléments en main aujourd’hui pour poursuivre et finaliser le développement de la commune. Après les importants chantiers néolouvanistes, je suis persuadé qu’Ottignies a l’opportunité de suivre le même chemin et de connaitre la même réussite. » La transformation du Douaire, l’évolution du centre, la réhabilitation du chancre des Bétons Lemaire ou encore le développement du site de la gare sont autant de paris à relever. Avec l’ambition de connaitre le même succès que Louvain-la-Neuve. « Il ne faut pas oublier que le développement de Louvain-la- Neuve ne redémarre qu’au début des années 2000, suite à l’arrivée de L’esplanade. Avant cela, pendant 20 ans, la dalle piétonne était considérée comme trop onéreuse. L’arrivée du volet commercial de la cité estudiantine jouera un rôle d’adjuvant pour les futurs chantiers. Et les opportunités immobilières se multiplièrent. » Ce livre dresse en tout cas un état des lieux des grands défis à relever. Celui de la démographie n’est pas oublié. L’ancien bourgmestre, complètement retiré de la vie politique aujourd’hui, relève le danger de la polarité qui se dessine entre les jeunes de 18 à 25 ans et les plus de 65 ans, les prix de l’immobilier segmentant de plus en plus la commune. « C’est la rançon du succès. Le quartier Athéna, qui va augmenter à terme de 50 % la population qui compte actuellement plus de 10 000 habitants, devrait permettre d’équilibrer quelque peu la balance. Du moins il faut l’espérer. »