La renaissance  des anciens Ateliers De Raedt

Réhabilitation d’envergure pour un ancien site industriel désaffecté situé à Wavre. Un projet mixte qui vise à maintenir les éléments architecturaux d’origine tout en y ajoutant les techniques contemporaines devrait transformer les anciens Ateliers De Raedt. « La Fabrique » attend ses premiers habitants d’ici quelques années.

Texte : Xavier Attout - Photo :A.D.E. Architects

Partage

Voilà une zone de Wavre qui alimente les conversations et les projets en tous genres depuis une dizaine d’années. Et qui devrait enfin retrouver des couleurs d’ici peu. L’occasion de poursuivre la revitalisation de toute une zone trop longtemps oubliée de la ville.

Située entre la E411 et le hall culturel polyvalent de la Sucrerie, elle accueille deux anciens sites industriels et autant de bâtiments à l’abandon. L’un, sur les hauteurs, est celui de l’ancienne vinaigrerie L’Etoile. Il a été ravagé par un incendie en 2017. Une tour de 120 mètres de haut a été imaginée par son propriétaire (SA Dothey) il y a quelques années, avec le concours d’Archi 2000, avant que ce projet ne soit abandonné. Un projet d’immeuble de bureaux est en cours de demande de permis (lire ci-contre). L’autre, les anciens Ateliers De Raedt (situé du côté de la rue Provinciale), est aujourd’hui en bonne voie pour être entièrement réhabilité. Le promoteur immobilier Dare2Build envisage une profonde rénovation du bâtiment, tout en visant l’extension du bâti industriel pour y construire, au total, un ensemble multifonctionnel composé de 108 appartements, une unité d’habitat groupé (12 chambres), des espaces pour professions libérales, de l’horeca, une crèche et un parking souterrain de 132 places. L’enquête publique s’est terminée en octobre. Elle n’a suscité que deux réactions (une positive et une négative). Le permis devrait être octroyé dans les prochaines semaines.

Un repère visuel

Le projet, baptisé « La Fabrique », semble vouloir mêler les éléments industriels du passé avec des éléments plus contemporains. « Les bâtiments existants (ndlr : une ancienne fabrique de ventilateurs fondée en 1918) sont depuis plus d’un siècle un repère dans le bâti local, d’où le souci d’en conserver la trace, et notamment la brique rouge qui en constitue la trame, précise Vincent Andre, CEO de Dare2Build. Mais pas seulement : la structuration actuelle du bâtiment -à savoir les trois nefs et le rythme imperturbable de ses travées de 4 mètres avec ses pilastres en briques et poteaux carrés en béton- sera également préservée. » Et l’architecte Marc Stryckman (A.D.E. Architects) de compléter le détail du projet qu’il a imaginé : « Du côté de la rue Provinciale, ces trois nefs organisées en composition symétrique et les grandes baies constituent en effet une présence attrayante et assez imposante. Du côté du parking de la Sucrerie, le bâti existant affiche au contraire une façade massive et énigmatique qui ne laisse rien entrevoir de ce qui se passe à l’intérieur. Nous avons pris l’option de mettre en valeur la structure du bâtiment historique et de le débarrasser des ajouts inappropriés qui troublent sa lecture, tout en créant un dialogue avec la Sucrerie voisine. »

Les concepteurs étudient pour l’instant des alternatives aux énergies fossiles pour alimenter le quartier en énergie, notamment via un système de puits géothermiques et de pompes à chaleur supporté par des panneaux photovoltaïques placés sur les toitures. « Nous avons souhaité développer, autour du bâtiment historique plusieurs petits immeubles offrant une mixité de fonctions afin de créer un quartier durable ouvert sur le centre de Wavre qui est tout proche », ajoute Vincent Andre. Si le permis est octroyé dans les prochaines semaines comme espéré, les travaux devraient débuter en 2024.

L’Héliostar à la place de L’Etoile

Situé juste au-dessus des Ateliers De Raedt, l’ancienne vinaigrerie L’Étoile devrait être rasée pour y aménager 13 000 m2 de bureaux. Le promoteur Fontana Investments a déposé sa demande de permis il y a quelques mois. L’enquête publique se termine le 5 décembre. Le projet prévoit la construction d’un immeuble en escaliers (R + 4, R + 6 et R + 8) comprenant 196 places de parking. Sa silhouette particulière, dessinée par ADE Architects, sera visible de l’E411 en venant de Namur. Ce projet ambitionne la neutralité carbone, avec l’usage d’énergies renouvelables grâce notamment à 3 000 m2 de panneaux photovoltaïques.