Est-il encore possible de créer de nouvelles réserves naturelles en Brabant wallon ?

Une réponse de Julien Taymans, Président de Natagora Brabant wallon

Partage

Une nouvelle réserve naturelle a été inaugurée fin juin en Brabant wallon. Elle est située sur le site de la Sablière de Nethen. Il s’agit de la dix-neuvième réserve naturelle de la province. « Et preuve de l’accélération de ce type d’opération, c’est la douzième réserve que nous inaugurons depuis 2018, se réjouit Julien Taymans. Nous n’en avons jamais créé autant que ces dernières années. Il y a une vraie urgence à protéger tous ces sites avant qu’il ne soit trop tard. »

Pour contrer l’accentuation de l’urbanisation qui modifie ces dernières années le territoire brabançon, les leviers d’action ne sont pas légion. La préservation de l’environnement et de la nature passe donc par la protection de sites dont la faune et la flore sont essentielles. « Après avoir consacré notre temps à la sensibilisation ces dernières années, nous avons compris qu’il était parfois plus efficace de se concentrer sur la constitution de réserves naturelles, précise Julien Taymans. D’où l’accent que nous mettons sur ces créations. Le potentiel en Brabant wallon reste très important en la matière. Même s’il faut l’avouer, la croissance dépend surtout de notre capacité à mettre en place des équipes de bénévoles pour gérer ces sites. Ce qui prend du temps. »

Un appel aux dons pour une réserve à Gastuche

Pour identifier un site qui pourrait être une réserve naturelle, Natagora affirme que le mieux est de se baser sur l’inventaire des sites de grand intérêt biologique. Un listing plus intéressant que celui des sites Natura 2000. Des citoyens et les communes du Brabant wallon doivent ensuite marquer de l’intérêt pour la préservation de ces espaces abritant des populations d’espèces et des biotopes rares ou menacés. « Le Brabant wallon se divise en fait en trois zones, avec chacune ses caractéristiques qu’il faut préserver, précise Julien Taymans. Nethen est par exemple un habitat majoritairement sablonneux qui comprenait une friche rudérale dans le fond, des talus boisés d’essences exotiques envahissantes et un replat de 10-20 ares qui constituait l’une des dernières stations de certaines espèces botaniques dans la Région wallonne atlantique. D’importants travaux de restauration écologique du site ont permis de restaurer des milieux rares tels que la pelouse sur sables acides et la lande à bruyères, ainsi qu’une mare temporaire et une falaise destinée aux hirondelles de rivage. »

Après la mise en place de clôtures pour permettre un pâturage extensif et l’aménagement d’un sentier didactique, ce site de deux hectares est désormais bien protégé. « Nous travaillons sur plusieurs autres dossiers actuellement. L’un des prochains concerne Le Bois des Vallées à Gastuche. Situé sur le versant sud de la Vallée de la Dyle, aux limites de Grez-Doiceau, Wavre et Chaumont-Gistoux, le Bois des Vallées est un Site de Grand Intérêt Biologique qui présente des biotopes typiques des sols sableux du Brabant sablo-limoneux. Un appel aux dons vient d’être lancé pour transformer ce site en réserve naturelle. On espère qu’il se concrétisera cette année ! »