Des rénovations énergétiques simultanées pour 25 maisons 

Des rénovations énergétiques simultanées pour 25 maisons 

Braine-l’Alleud va essuyer les plâtres de RENO+. Un ambitieux programme de rénovation énergétique du bâti existant réalisé simultanément dans près d’une trentaine de maisons. Cette expérience pilote à l’échelle de la Wallonie doit permettre de massifier la rénovation du bâti wallon. De quoi pouvoir répondre aux gigantesques défis visés en la matière.

Texte et photo : Xavier Attout

Braine-l’Alleud va essuyer les plâtres de RENO+. Un ambitieux programme de rénovation énergétique du bâti existant réalisé simultanément dans près d’une trentaine de maisons. Cette expérience pilote à l’échelle de la Wallonie doit permettre de massifier la rénovation du bâti wallon. De quoi pouvoir répondre aux gigantesques défis visés en la matière.

Texte et photo : Xavier Attout

Partage

Mi-mars, on en dénombrait vingt-cinq. Toutes des maisons situées sur la commune de Braine-l’Alleud et dont le toit n’est pas isolé. Des logements qui vont faire l’objet d’une opération pilote de rénovation simultanée. L’objectif étant de procéder à l’isolation de leur toit par l’intérieur en quelques semaines. Une massification de la rénovation qui doit permettre d’accélérer la cadence en la matière et atteindre les objectifs ambitieux de neutralité carbone prônés par la Commission européenne d’ici 2050. « Nous sommes très heureux de voir que Braine-l’Alleud a été sélectionnée comme commune-pilote pour accélérer la rénovation de son bâti existant, lance Henri Detandt, échevin de la Transition énergétique et de l’Environnement à Braine-l’Alleud. Cette initiative fait partie d’une politique plus globale d’encouragements à la rénovation que nous avons mise en place via notre Plan d’action en faveur de l’énergie durable et du climat. L’objectif est de sensibiliser nos citoyens à ces enjeux importants. L’appel semble porter ses fruits. »

Quadrupler le rythme des rénovations

Si la plupart des citoyens semblent bien conscients des enjeux, la marche à suivre a plutôt tendance à effrayer les candidats à la rénovation. La détermination des premiers travaux à effectuer, le choix de l’entrepreneur, la paperasse administrative ou encore le labyrinthe des primes sont autant de freins à lever. Pour fluidifier le processus, la Wallonie a justement décidé de lancer RENO+. Un projet mené par Buildwise, Embuild Wallonie et GreenWin, qui disposaient de 18 mois pour mettre en place une stratégie qui permettrait de quadrupler le rythme des rénovations énergétiques des logements en Wallonie, soit passer de 1 à 4%. Un défi gigantesque, il faut bien l’avouer. « Nous n’avons pas le choix, il faut accélérer la cadence, lance Arnaud Dawans, Programme Manager de Buildwise et coordinateur de RENO+. Nous sommes bien conscients que le défi est important. L’objectif est donc de mettre en place toute une série de leviers et d’outils qui facilitent la rénovation énergétique du bâti, de manière à simplifier au maximum les démarches des citoyens les accompagner sur le plan technique et administratif, le tout gratuitement. »

À Braine-l’Alleud, le projet a démarré le 15 novembre avec une communication vers les habitants de la commune. Un site internet a été mis en place (www.jerenovemamaison.be), permettant de filtrer les candidats. Chaque citoyen a pu, suite à une série de questions, savoir s’il était éligible pour bénéficier de cette rénovation et de l’accompagnement technique de RENO+. « L’objectif de cette démarche préalable était de s’assurer que nous aurions des candidats qui correspondaient bien à tous les éléments techniques (ndlr : que le toit ait été construit avant 1985, qu’il ne soit pas ou peu isolé, que la toiture soit en pente et sous comble, que les combles ne soient pas aménagés, que la couverture du toit est étanche, etc.), précise Florence Lepropre, de Buildwise, en charge du projet RENO+. Il s’agit aussi de rassurer les candidats sur l’ampleur des travaux. Après le formulaire en ligne, un conseiller RENO+ a contacté les candidats pour répondre à quelques questions plus spécifiques et leur fournir une première estimation du cout des travaux et des primes dont ils pouvaient bénéficier. Une première visite de la maison a suivi pour établir un premier devis avant une seconde visite qui a permis d’établir un dossier plus complet sur les travaux à prévoir. Toutes les mesures de la maison ont également été prises, les pièces également photographiées, de manière à ce que les entrepreneurs aient directement un aperçu du bien sans devoir se déplacer. Un gain de temps énorme. »

 

Nous sommes très heureux de voir que Braine-l’Alleud a été sélectionnée comme commune-pilote pour accélérer la rénovation de son bâti existant. Cette initiative fait partie d’une politique plus globale d’encouragements à la rénovation que nous avons mise en place.

Henri Detandt, échevin

Un accompagnement complet et sur mesure

À Braine-l’Alleud, ces différentes étapes se sont traduites dans les chiffres par 1 420 visiteurs sur le site internet, 276 personnes qui ont rempli le formulaire en ligne et 69 qui répondaient aux critères. Un taux jugé satisfaisant même s’il a fallu élargir les candidatures aux propriétaires de maisons quatre façades pour disposer d’un panel suffisant (l’accompagnement était réservé au départ aux 2 et 3 façades). « Nous observons que les gens sont demandeurs de ce type d’accompagnement, fait remarquer Arnaud Dawans. Ils souhaitent isoler leur toit mais ne savent pas comment procéder. Nous leur proposons une solution clé en main et c’est ce qui plait. » Les sources de financement sont également prises en compte. Un partenariat avec la Société wallonne du crédit social a également été établi, de manière à ce que certains candidats puissent bénéficier de prêt à taux zéro. Les formules de prêt à taux réduits déjà existantes sont également renseignées. « Et les candidats qui ne rentraient pas dans nos conditions ont été réorientés vers les Guichets Énergie Wallonie pour quand même réaliser des travaux de rénovation, précise Florence Lepropre. Certains voulaient réaliser des travaux plus importants que simplement isoler leur toit. Ils n’ont donc pas été retenus mais ne sont donc pas laissés de côté. » Vingt-cinq candidats sont aujourd’hui toujours en lice sur les trente espérés. Les premiers chantiers de rénovation ont commencé alors que les derniers doivent être clôturés pour le mois de juin. La durée d’un chantier par logement est estimée à trois jours. « Plusieurs entrepreneurs réaliseront les travaux, détaille Arnaud Dawans. Ils ont répondu à des appels d’offres. Leur travail sera facilité par les multiples démarches préalables effectuées pour préparer les travaux. Ce sont, de plus, des chantiers qui se ressemblent. Il n’est pas possible de réaliser ces travaux dans une seule rue. Par contre, dans une seule commune, cela facilite nettement le travail de ces entrepreneurs. »

 

Enchainer avec d’autres trains de rénovation

Le montant des travaux pour les maisons 2 et 3 façades oscillent entre 10 000 et 20 000 euros, avec des primes de la Région wallonne pouvant atteindre de 6 000 à 10 000 euros. « Outre la supervision de A à Z de ce chantier en toiture, nos experts fourniront un dossier complet et personnalisé avec la suite du parcours de rénovation : de quoi éviter de s’arracher les cheveux sur le cout des travaux, l’ordre des interventions, le montant des primes auxquelles chacun a droit, explique Florence Lepropre. L’isolation de la toiture par l’intérieur n’est que le premier pas du parcours de rénovation. On espère qu’ils poursuivront le chemin par la suite. »

Car le vrai objectif de cette expérience pilote est surtout de pouvoir accélérer la cadence par la suite, en ouvrant RENO+ à d’autres trains de rénovation de plus grande ampleur. Idéalement, une procédure structurée bénéficiant du même accompagnement sera alors mise en place pour tous les Wallons souhaitant procéder à une rénovation énergétique de leur logement. « Le but est vraiment de faire émerger de nouvelles pratiques, pointe Arnaud Dawans. Nous voulons industrialiser les processus. L’achat groupé de matériaux permet par exemple d’avoir une seule installation d’un chantier par commune. Ce serait un gain de temps énorme. Chaque année qui passe nous pousse à accélérer encore les rénovations. Il n’y a donc plus de temps à perdre ! »

RASSURER LES CANDIDATS À LA RÉNOVATION

Les ambitions en matière de rénovation énergétique du bâti se heurtent le plus souvent aux interrogations du candidat rénovateur sur la qualité du chantier et la charge mentale qui y est liée. « Et c’est sur ces aspects que nous pouvons intervenir : faire le bon choix du professionnel, éviter les arnaques de prix, s’assurer d’une pose de qualité, être les garants du respect du timing, accompagner dans les démarches de financement des travaux, être soutenu dans la demande de primes de la Région wallonne, espère Arnaud Dawans. Tous ces éléments sont pris en compte. L’objectif est de mettre en place un one stop shop (guichet unique). »

Interview

« Créer une plateforme locale de rénovation énergétique »

François Lejeune, coordinateur supracommunal POLLEC chez in BW

Propos recueillis par X. A.

Quel bilan tirez-vous de ce projet de thermographie lancé par in BW en 2022 et qui consistait à survoler le Brabant wallon pour obtenir un diagnostic des déperditions de chaleur par les toitures des bâtiments ?

Le bilan est très positif. Nous estimons que plus de 7 000 personnes auront bénéficié de restitutions individuelles des résultats d’ici la fin du premier semestre 2024. Cela représente plus de 3 % du parc de logements du Brabant wallon. Les citoyens brabançons sont très réceptifs à la thématique de l’efficacité énergétique et montrent une réelle volonté d’améliorer les choses.

Suite à ces relevés, quelle analyse pouvez-vous tirer de l’état du parc bâti brabançon en termes de déperdition énergétique ?

Aucune. La thermographie aérienne ne s’analyse véritablement qu’à l’échelle du « gestionnaire » du bâtiment. Sans information sur la présence d’isolation, le chauffage des pièces en sous toitures ou le revêtement de celle-ci, les résultats ne peuvent être analysés. Il s’agit d’un outil de sensibilisation individuel à l’importance de l’isolation thermique du bâti.

Quelles seront vos futures missions en matière de rénovation énergétique des bâtiments ?

in BW monte actuellement un projet de plateforme locale de rénovation énergétique avec 15 communes partenaires. Ce projet a été déposé auprès de la Région wallonne dans le cadre du récent appel à candidature pour le développement de nouvelles plateformes et de trains de rénovation. Notre volonté est de proposer un outil qui corresponde le plus possible aux besoins et aux ressources des communes partenaires. De plus, dans le cadre de sa fonction de coordination supraterritoriale POLLEC, in BW aimerait développer des projets autour du slow heating – ou du chauffage de proximité – pour permettre à tous de réduire les factures liées au chauffage sans perdre en confort.