DCIM100MEDIADJI_0161.JPG

Des initiatives  en ordre dispersé

Les initiatives communales pour tenter à l’avenir de diminuer l’impact des inondations sur le territoire brabançon se multiplient. Seules ou à plusieurs. La Province entend toutefois jouer un rôle fédérateur et revoir ses priorités pour répondre aux demandes des communes.

Texte : Xavier Attout - Photo : Walibi

Partage

Share on facebook
Share on linkedin

Les dernières inondations ont frappé principalement le centre et l’est du Brabant wallon. Les communes de l’ouest de la province étant pour une fois relativement épargnée. Dans la foulée de ces épisodes climatiques particulièrement intenses, la plupart des autorités politiques de chaque entité se sont réunies pour éviter que cela ne se reproduise. Ou du moins pour tenter de diminuer l’impact sur le bâti et sur la vie de leurs concitoyens. Une prise en main pour le moins dispersée.

L’est passe à l’action

Dans l’est du Brabant wallon, les sept communes qui ont l’habitude de travailler ensemble (Beauvechain, Hélécine, Incourt, Jodoigne, Orp-Jauche, Perwez et Ramillies) ont décidé d’accentuer leur lutte contre les inondations. « Les débordements des cours d’eau et coulées boueuses font fi des frontières communales, explique-t-on du côté du GAL Culturalité, qui fait office de lieu de rassemblement pour ces communes. Que les problématiques érosives soient concentrées ou diffuses, leurs conséquences touchent l’ensemble d’un territoire, souvent à l’échelle des bassins hydrographiques. Les réponses doivent inévitablement être réfléchies, planifiées et apportées à cette échelle et également en tenant compte des différents bassins hydrographiques, la Dyle et la Gette pour ce qui concerne l’est du Brabant wallon. » Plusieurs actions seront donc prises à cet égard dans les prochaines semaines. À savoir la réalisation d’une cartographie commune ciblant les points noirs et problématiques des différentes entités en donnant lieu à l’identification de nouvelles zones de rétention sur l’ensemble du territoire ; la création d’un service supracommunal permettant de mutualiser la création, l’entretien et la gestion des fossés, ainsi que l’entretien des canalisations ; la mise en place d’une large campagne de communication de proximité vers le monde agricole et les citoyens en général, destinée à renforcer la prise de conscience de l’impact de certains choix posés par chacun.

La plateforme provinciale de gestion des risques d’inondation aura en effet un rôle capital à jouer. L’important est de fédérer les initiatives et d’avoir une coordination globale.

Marc Bastin, député provincial en charge de la lutte contre les inondations

À Wavre, on cherche également des solutions. L’idée est de collaborer encore davantage avec la Région wallonne, la Province, le Contrat de rivière Dyle Gette et les autres communes concernées. À l’échelle communale, le schéma de développement communal, en cours d’élaboration, intégrera des mesures à prendre par rapport aux inondations. De manière à développer une stratégie défensive. « Nous devons plus que jamais repenser notre ville et son urbanisation en mettant un focus particulier sur la gestion de l’eau, a expliqué la bourgmestre Françoise Pigeolet lors du dernier conseil communal. Cette réflexion et cette vigilance accrues passent évidemment par l’aménagement de zones de rétention et/ou de filtration. »

La Province veut fédérer

Enfin, malgré ces actions diffuses, le rôle de la Province du Brabant wallon devrait rester primordial. « La plateforme provinciale de gestion des risques d’inondation aura en effet un rôle capital à jouer, explique Marc Bastin, député provincial en charge de la lutte contre les inondations. Elle doit faire en sorte qu’il n’y ait pas de dissonances entre les différents niveaux de pouvoirs. L’important est de fédérer les initiatives et d’avoir une coordination globale. Nous avons reçu de nombreuses demandes des communes ces dernières semaines. Nos services ont pris le temps de se pencher dessus pour leur fournir les réponses adéquates lors d’une réunion qui a rassemblé toutes les communes et la Province (27 + 1) et qui s’est tenue le 28 septembre. La Province a décidé de reprioriser ses projets en fonction de ces demandes. Il y aura une liste des priorités absolues. Ajoutons qu’il est important de se rendre compte que les initiatives isolées, même si elles ont du sens, ne pourront résoudre cette problématique. Il faudra travailler par bassin versant. Et rassembler les communes. »