Comme au XVIIIe siècle

Un architecte du patrimoine s’est occupé du chantier de la reconstruction des arcades de l’abbaye de Villers-la-Ville. Une spécialisation plutôt rare en Belgique. La méthode utilisée permet en tout cas de voir les chantiers ne pas s’empêtrer dans les longueurs du temps.

Texte : Xavier Attout - Photo : Xavier Attout

Partage

Share on facebook
Share on linkedin

C’était en 2013. Un camion percute les arcades de l’abbaye de Villers-la-Ville. Elles sont partiellement démolies. Un second camion viendra finir le travail en 2018. S’ensuit à chaque fois un travail de Bénédictin pour récolter minutieusement toutes les pierres (85 % au total), les inventorier et les nettoyer. Huit ans plus tard, les arcades de l’ancienne pharmacie des moines ont été entièrement reconstruites. Les connaisseurs seront toutefois perturbés de ne pas retrouver les teintes de couleur qu’ils avaient l’habitude d’apercevoir au-dessus de leur tête. L’idée était avant tout de redonner l’aspect du XVIIIe siècle à l’édifice. Un enduit à la chaux blanc recouvre désormais les arcades, le fruit d’un important travail de recherche. « Elles n’ont toutefois pas retrouvé entièrement leur allure du XVIIIe siècle, précise l’architecte Romuald Casier, qui pilotait le chantier de reconstruction. Elles étaient alors surmontées par une pharmacie, avec des châssis, des portes, un toit, un plancher, etc. L’idée était de garder une vision ruiniforme pour ne pas trancher avec le reste de l’abbaye de Villers-la-Ville. » Ajoutons que le blason de l’abbé Léonard Pirmez a par ailleurs été reconstruit à l’identique. Et qu’un astucieux système de pilastres permet désormais de désolidariser l’étage du rez-de-chaussée. De quoi ne pas devoir tout recommencer si un camion de plus de 3m50 parvient à franchir les deux portiques de sécurité installés aux deux entrées du site.

Le travail effectué à Villers-la-Ville n’est pas donné à tout le monde. Il a été confié à l’architecte en patrimoine Romuald Casier, fondateur de l’Atelier ARC. C’est relativement rare dans le paysage belge, mais le jeune homme de 34 ans a décidé de se spécialiser uniquement sur ce segment contrairement à d’autres confrères qui mêlent le plus souvent patrimoine et architecture contemporaine pour assurer la viabilité financière de leur bureau. « Je bénéficie du titre d’architecte du patrimoine suite à un master complémentaire effectué au sein de l’École de Chaillot à Paris, explique cet Ixellois. En Belgique, tous les architectes peuvent intervenir sur le patrimoine. L’expérience qu’ils accumulent en la matière leur permet de répondre à des appels d’offre. En France, seuls les architectes du patrimoine peuvent effectuer ce type de mission. J’ai acquis une expérience à l’étranger avant de gagner, en 2015, mon premier appel d’offre public avec la reconstruction de ces arcades. »

” La méthode que j’ai acquise en France me permet d’être beaucoup plus efficace. J’effectue à chaque fois un diagnostic et une étude préalables à toute intervention. Il est donc faux d’affirmer que les chantiers liés au patrimoine ne se terminent jamais.”

Romuald Casier, architecte

Annevoie, Seneffe, Ligny

L’Atelier ARC enchaine les chantiers ces dernières années. Il en a supervisé une septantaine, que ce soit en Belgique, en France (surtout en Corse), en Grèce ou en Italie. De quoi tordre le cou à ceux qui pensent que ce type de chantier ne se finit jamais. « La méthode que j’ai acquise en France me permet d’être beaucoup plus efficace. J’effectue à chaque fois un diagnostic et une étude préalables à toute intervention. Sans cela, on se heurte à une série de problèmes. De cette manière, la plupart des chantiers ne durent pas plus d’un an ou deux. Il est donc faux d’affirmer que les chantiers liés au patrimoine sont interminables. Celui de Villers n’a finalement duré que trois ans, si on enlève une année de Covid et une année consacrée au passage du Tour de France. »

Le chantier villersois était l’un des plus intéressants de sa carrière. Tant par sa connaissance des lieux que par la difficulté du travail à effectuer. « Le dossier était compliqué car il était très politique. L’Agence wallonne du Patrimoine et la Direction des Routes du Brabant wallon se sont longtemps affrontées sur la marche à suivre. » Un chantier qui a rassemblé 49 artisans. « Il y a quantité de jeunes artisans de qualité entre 25 ans et 35 ans qui ne demandent qu’à travailler. On ne fait pas suffisamment appel à eux. »

Romuald Casier dispose désormais d’une certaine notoriété dans le milieu. Les contrats s’enchainent, que ce soit pour le Château d’Annevoie, le Château de Seneffe, l’Église Saint-Joseph à Etterbeek ou encore la ferme napoléonienne de Ligny. « Des chantiers passionnants. Il y a une vraie prise de conscience de notre patrimoine en Wallonie et à Bruxelles. Il faut s’en réjouir. »