Les destins croisés d’Ottignies et Louvain-la-Neuve

Quel avenir pour nos communes ? (2/5)

dessinateur belge
qui illustre Espace-Vie

Espace-vie se plonge ces prochains mois dans le devenir des cinq grandes communes du Brabant wallon. Après Braine-l’Alleud, on s’attarde sur Ottignies-Louvain-la- Neuve, tiraillée entre une entité qui fait office de locomotive du Brabant wallon et une autre qui peine à se réinventer. Un point commun tout de même : la multitude de projets dans les cartons. (Série 2/5)
Le temps long en urbanisme se mesure à l’aune de projets immobiliers qui mettent habituellement plus de quinze ans pour voir tous leurs habitants arriver. Démonstration avec trois projets emblématiques. Exemples à Louvain-la-Neuve, Tubize et Genval.

Vidéo à la une

Et si l’urbanisme était finalement une affaire du quotidien ? Et si vous étiez aussi un acteur à part entière du dessein de notre territoire ?
Comme l’écrit Sylvain Tesson dans Aphorismes sous la lune et autres pensées sauvages, « marcher, c’est faire un bout de chemin avec le temps ». La crise sanitaire a poussé de nombreuses personnes à ralentir le rythme et redécouvrir le plaisir de marcher, en solitaire ou avec les membres de sa « bulle ».
La crise sanitaire fera-t-elle évoluer les pratiques urbanistiques ? Elle a en tout cas accéléré la perception par le grand public de bon nombre de principes éculés en la matière. Reste à voir si les retombées seront à la hauteur des enjeux.
À Nivelles, le bureau d’architectes helium3 a mis en application son approche novatrice des bâtiments industriels. Celle de la biophilie, qui vise à reconnecter architecture et nature. Un projet qui fait la part belle au vivant, grâce notamment à une large toiture végétale intensive qui attend les premières floraisons de son pré fleuri.
Wavre, Waterloo, Braine-l’Alleud ou encore Ottignies. La plupart des grandes villes du Brabant wallon souhaitent aujourd’hui aménager une place au coeur de leur centreville. Un espace qui ferait office de lieu de rassemblement, de lieu de célébration, de lieu festif voire de lieu symbolique. Une quête bien dans l’air du temps.
Une maison reste-t-elle un bien toute notre vie ? Trop vaste et inadaptée l’âge avançant, elle peut vite se transformer en un véritable fardeau pour les personnes âgées. L’architecte suisse Mariette Beyeler propose une alternative : adapter sa maison au fil de sa vie. Une métamorphose de la maison et du cadre de vie qui peut apporter sa pierre à l’édifice pour réduire l’étalement urbain.
Le Brabant wallon ne manque pas d’infrastructures et d’événements culturels d’envergure. Toutefois, la crise sanitaire a jeté un éclairage sans concession sur la fragilité d’un secteur et poussé les opérateurs culturels à redéfinir leurs actions pour pouvoir continuer à soutenir la création, d’une part, et faire revenir les publics, d’autre part.

Retrouvez tous les anciens numéros de la version papier d’Espace-vie sur notre
bibliothèque en ligne