Février 2022 – Subir les affres d’un recours devant le Conseil d’État ou d’une autre autorité administrative pour s’opposer à un projet urbanistique est pratiquement devenu un passage obligé pour tout développeur digne de ce nom. Une donnée qui est aujourd’hui intégrée comme une fatalité.
Une ferme dédiée à l’entrepreneuriat en alimentation durable va être lancée à Mont-Saint-Guibert. Un projet inédit à l’échelle wallonne qui est initié par in BW. Cet écosystème baptisé « Sur le champ » favorisera l’émergence d’initiatives encourageant les circuits courts. Que ce soit une boulangerie, une conserverie, une fromagerie voire une brasserie. L’accès à la terre et au matériel sera également facilité.

dessinateur belge
qui illustre Espace-Vie

Troisième fois d’affilée que LRArchitectes remporte le Grand prix d’architecture de Wallonie. Un joli tir groupé pour ce bureau d’architecture de Tourinnes-Saint-Lambert. Il a  été  récompensé cette fois dans la catégorie Bâtiment collectif à usage non résidentiel pour la construction d’un nouveau bâtiment pour l’école de Bornival à Nivelles.
Un mini-midi de l’urbanisme avec Cédric HARMANT. Le fonctionnaire délégué adjoint au sein de la Direction extérieure du Brabant wallon répond aux questions relatives aux permis d’urbanisme.
Chapelles, granges, moulins, écoles, gares, halls industriels… de nombreux bâtiments ont vu leur vocation changer au fil du temps. Une affectation culturelle permet à la fois de leur redonner vie tout en protégeant l’authenticité et l’intégrité d’éléments patrimoniaux remarquables.
Pour limiter nos émissions de CO2, il faudra notamment agir sur le mode de chauffage de nos habitations. Et à ce titre, la mise en place de réseaux de chaleur dans les grands projets immobiliers peuvent être une alternative aux traditionnels gaz et mazout. Visite à Bella Vita (Waterloo), où un réseau de chaleur alimenté au bois local turbine depuis 2014.
Après Waterloo et Ottignies-Louvain-la-Neuve, d’autres communes de la province vont mettre leurs quartiers résidentiels en zone 30. Pour améliorer la sécurité, la cohabitation entre les différents usagers et rendre les quartiers à leurs résidents. 
S’il a grandi à Huy, dans le Condroz, et a longtemps vécu à Bruxelles, Étienne Van der Belen puise une partie de ses racines en Brabant wallon. À Hévillers, plus précisément, où il passait une grande partie de ses vacances d’été, chez ses grands-parents paternels. Il y a une douzaine d’années, après de nombreux et lointains voyages, il posait ses valises à Villers-la-Ville.
L’impact des nuisances sonores sur le territoire et les habitants du Brabant wallon est de plus en plus important. Voitures, avions, tondeuses ou voisins peuvent être sources de tension. Sans oublier que le rapport ville/ campagne évolue, suscitant de nouvelles relations. Une problématique souvent peu prise en compte.
Période compliquée pour les agriculteurs brabançons. La pression immobilière pèse sur le prix de leur principal outil de travail qu’est la terre. Sans parler du fait que la densité de population amène critiques et incompréhensions sur la réalité de leur métier. De quoi ajouter une pression psychologique à la pression foncière.

Retrouvez tous les anciens numéros de la version papier d’Espace-vie sur notre
bibliothèque en ligne