Une première wallonne                              à Braine-l’Alleud

Des rénovations énergétiques simultanées pour            25 maisons

Trois scénarios, trois hypothèses de devenir du Brabant wallon. De quoi susciter des réflexions diverses des participants à la soirée des 30 ans de la Maison de l’urbanisme qui s’est déroulée fin février. Entre utopie et dystopie.
Stéphanie Pirard est devenue début janvier la nouvelle fonctionnaire déléguée du Brabant wallon. Elle entend jouer un rôle de conseil auprès des communes et souhaite mieux accompagner les demandeurs de projet.
Un deal original. Une promotion immobilière de huit maisons, dont deux rétrocédées à la fabrique d’église en échange du terrain. Une formule qui a permis de débloquer un dossier vieux de trente ans. Un modèle qui pourrait surtout être reproductible pour valoriser du foncier public.
Le patrimoine englobe l’ensemble de notre environnement bâti et non bâti. Ce qui se construit aujourd’hui représente le patrimoine de demain autant que la culture du bâti actuelle et à venir. Une nouvelle donne entre désormais en jeu : la capacité de ce patrimoine à se régénérer, soit évoluer au fil des besoins sociétaux tout en préservant les caractéristiques historiques.
Avec une fréquentation des églises en diminution et des couts d’entretien en hausse, les fabriques d’église doivent revoir leur stratégie. La volonté est désormais de valoriser leur patrimoine foncier et de se séparer de certains édifices religieux. Une ambition plus simple à énoncer qu’à appliquer.
Janvier, une nouvelle année est entamée. Janvier, le temps des résolutions. Janvier, le temps de l’émergence de nouveaux projets et des confiances renouvelées pour poursuivre notre action sur le territoire brabançon.
Le développement du dernier quartier d’envergure de Louvain-la-Neuve vient d’être balisé. Les 10 hectares d’Athéna-Lauzelle seront un laboratoire à ciel ouvert des besoins de demain en matière de mobilité, d’énergie et d’habitat. L’UCLouvain a rassemblé ses compétences pour réussir le pari de l’avenir.
Les projets de construction suscitent régulièrement des débats en tous genres. Cela n’empêche pas certains de proposer une nouvelle approche du développement territorial qui dépendrait de la qualité et de la fonction des sols. De quoi compliquer encore les décisions ou rendre la démarche plus aisée ?

dessinateur belge qui illustre Espace-Vie

Nouvelle vie pour la ferme Terfosse située à Rosières, le long de la E411. Le bureau d’architectes SI Studio vient de finaliser la rénovation et la transformation de ce bâti en un écosystème durable qui mêle métiers de la terre, de la table et des professions intellectuelles. Une initiative de la famille du Bois qui souhaitait faire revivre les métiers du terroir sur ce site d’une trentaine d’hectares.

Retrouvez tous les anciens numéros de la version papier d’Espace-vie sur notre
bibliothèque en ligne