Espace-vie prolonge le dossier sur la place de la mémoire coloniale et décoloniale dans les espaces publics du Brabant wallon avec l’anthropologue Bambi Ceuppens, commissaire scientifique au sein du Musée royal de l’Afrique centrale qui, depuis un an, participe au Groupe de Travail sur la présence de symboles coloniaux dans l’espace public bruxellois.

dessinateur belge
qui illustre Espace-Vie

Des villes enfants admis avec des équipements ludiques, des abords d’écoles piétonisés ou des rues temporairement fermées.
La marche et le regard ont été utilisés de tout temps pour approcher des territoires. Qu’en est-il du Brabant wallon ? Des acteurs différents l’ont arpenté pour mettre en relief ses multiples facettes et contribuer ainsi à irriguer l’aménagement du territoire de visions sensibles.
Quand l’artificialisation des sols croise les regards de l’artiste et de l’urbaniste, cela nous amène à voir autrement nos paysages, leur formation et les schémas culturels qui les dessinent. Rencontre ici à mi-chemin entre Jérôme Giller et Hélène Ancion autour de cinq escales visuelles évocatrices de l’artificialisation.
Nombreuses sont les traces qui parsèment notre paysage d’une narration unilatérale de l’expérience coloniale, mais comment prendre ces traces en charge ? Au déboulonnage, d’autres voies sont possibles. Échange sur ces questions d’actualité avec Idesbald Goddeeris, professeur d’histoire coloniale à la KU Leuven, spécialiste des débats postcoloniaux en Flandre et en Belgique et de la place de la mémoire coloniale dans l’espace public.
Le temps presse. Pour éviter de revoir les mêmes images de rues et maisons inondées d’ici peu, repenser la manière d’aménager le territoire et faire évoluer le rapport de la Wallonie à l’eau semble inévitables. Trois experts se sont penchés sur le devenir de la vallée de la Dyle, particulièrement touchée en juillet dernier.
Une asbl d’Ottignies s’est lancée dans l’accompagnement et la formation à l’autoconstruction d’habitats légers et mobiles. Une initiative unique qui permet de créer son propre logement et de donner sens à sa nouvelle aventure de vie.
L’ancien bourgmestre d’Ottignies-Louvain-la-Neuve se replonge une dernière fois dans le développement urbanistique, culturel et politique de la commune qu’il a dirigée pendant 18 ans. Un regard critique et éclairant sur les grands enjeux à venir.

Retrouvez tous les anciens numéros de la version papier d’Espace-vie sur notre
bibliothèque en ligne